Entrer votre recherche

CARNET : MALI YEMBERING, LES RAISONS DE L’ABANDON

Partager

En 1946, une délégation du PDG/RDA se rend à Mali. Elle fut reçue par le très éclairé chef de canton, Alpha Mamadou Cellou Dieng à Horé Sidon, la crête la plus élevée du canton où le valeureux chef avait élu domicile. Là, les envoyés du PDG ont expliqué au chef que leur présence était liée à l’implantation d’une section du parti dans sa juridiction.

 Au chef de répondre humblement: “je n’ai pas de place pour vous ici; car Mali n’a pas besoin de gens qui divisent…Ici on vit en paix, en famille unie…”

Visiblement très irrité par ces propos, ils rebroussent chemin s’estimant humiliés. Or, le chef avait raison. En 1957, le PDG abolit la chefferie traditionnelle sous prétexte qu’elle est esclavagiste et pas progressiste, arguant des mensonges d’un autre âge aux yeux de l’opinion. La vérité était que le PDG était avait une haine viscérale contre le refus de se voir implanté à Mali, oubliant que ce descendant de Daouda Dieng ne mâche ses mots.

En 1958, l’indépendance de la Guinée, dont malheureusement Mali fait désormais partie. Quelques années plus tard, on mute le chef de canton à Dubréka comme commis d’administration….Et comme c’est le règne du mensonge, on déclare que la contre-révolution à ses racines là. L’on soutient que les anciens militaires coloniaux, fraîchement rentrés du Sénégal, de la France et de Mauritanie  sont les principaux instigateurs. De Madina Wora à Balaki, on frappe, on invente des complots avec des caches d’armes de guerre, d’être en intelligence avec l’ancien colon basé à Dakar (Sénégal), de sécession, bref des infabulations de tous genres. Conséquences immédiates: Oury Wora est arrêté et tué, Sergent/Chef de la Marine française et adjudant de Gendarmerie Aliou Telly Souaré arrêté et jeté à Kissidougou, Adjudant Kikala Souaré  arrêté et muté à Siguiri, Alpha Saliou Wora un sage respecté, chef de canton subit le même sort que l’Adjudant Oury Diallo, la liste est longue…. Mali est ainsi décapité.

Un agent des services de renseignement français, Jacques Focart a, dans une interview à RFI dit que sur recommandation de Sékou Touré “le gouvernement guinéen est sommé de ne point investir dans cette localité puisque les Français vont récupérer la zone et les militaires originaires de Mali ont été mis à profit pour déstabiliser le pays. Donc pas de routes, pas d’écoles, pas de postes de santé et les frontières avec le Sénégal sont fermées“. Une situation qui perdure ainsi jusqu’à nos jours.

Autre chose et non des moindres, la richesse de la localité. A Mali, selon les études faites par Apha Mamadou Cellou, chef  de canton, il y a du calcaire à ciel ouvert, du fer, du pétrole, de la bauxite, de l’uranium, du zinc, des ressources hydriques impressionnantes et d’importantes réserves thermales. Ce qui fait que la zone est convoitée et suscite assez de la jalousie et du mépris.

A suivre….

A. SOUARE

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :