Entrer votre recherche

Encore un mauvais classement pour la Guinée

Partager

La Guinée, sous le magistère d’Alpha Condé, chute de trois places et se retrouve 107e au Classement mondial de la liberté de la presse 2019 de Reporters sans frontières (RSF).

Dans son rapport, RSF mentionne qu’en Guinée, ‘’le régime du président Alpha Condé n’est pas tendre envers la presse’’, rappelant que le numéro 1 guinéen ‘’tient souvent des propos sévères envers les médias nationaux et internationaux, et les organisations de défense de la liberté de la presse’’.

‘’Les autorités tentent régulièrement de censurer les médias critiques du pouvoir sous des prétextes administratifs ou juridiques’’, lit-on toujours dans le rapport 2019 de RSF qui ajoute qu’en 2018, ‘’le fondateur d’un site d’actualité a été illégalement détenu pendant deux semaines alors que les délits de presse sont dépénalisés dans le pays, et l’accréditation du correspondant de plusieurs médias internationaux a été suspendue’’.

RSF écrit que la révision de la loi sur la presse annoncée par le ministre de la communication, Amara Somparé, inquiète les professionnels du secteur alors que la loi sur l’accès à l’information adoptée en 2010 n’a toujours pas été promulguée.

Le 3 mai 2018 à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le président Alpha Condé a piqué une colère noire contre les hommes de médias qu’il accuse de ne pas contribuer à améliorer l’image de la Guinée. Le chef de l’Etat, qui s’est mis dans tous ses états, a assuré que tous les progrès enregistrés depuis 2011 sont passés sous silence par les organes de presse.

Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 621 77 38 52/bahpathe17@gmail.com

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :