Entrer votre recherche

Séisme politique à l’UFR, à cause de Baïdy : le récit du désordre comme si vous y étiez !

Partager

L’assemblée générale semainière de l’Union des forces républicaines (UFR) a été momentanément perturbée ce samedi 23 février 2019. Une étrange situation née du remue-ménage récemment intervenu dans cette formation politique dirigée par Sidya Touré, et qui révoque Baïdy Aribot du poste de Secrétaire exécutif du parti pour le remplacer par le député Saïkou yaya Barry.

C’était dans un siège national du parti rempli de militants et sympathisants où tout avait pourtant bien démarré. Puisque les lieux vibraient au rythme des sons et cadences qui semblaient être bien maitrisés par les femmes qui se relayaient sous l’estrade du hangar qui accueille tous les samedis les réunions du parti. (La vidéo sur la page Facebook de Guinéenews© en fait foi).

Il était 13H et 10 minutes quand le président de la séance a rejoint certains membres du Bureau politique national au présidium. « Vive l’UFR »! « Vive le président Sidya Touré »! « Ensemble, nous vaincrons »!, a scandé le député, avant d’être repris par les militants. Les choses sérieuses allaient enfin commencer.

Le député Bangoura commence par égrener l’ordre du jour avec ses quatre points inscrits. Mais il n’aura pas réussi à éplucher entièrement le premier point axé notamment sur la restructuration avant que des voix ne s’élèvent loin derrière pour afficher leur opposition au limogeage de Baïdy Aribot de son poste de Secrétaire exécutif de l’UFR.

Le président de séance tentera sans succès de les raisonner. A la suite M. Bangoura, est venu le Secrétaire général du Conseil de la jeunesse républicaine. Le Vice-maire Badra Koné commence par rappeler qu’il a connu Baïdy Aribot avant tous les responsables et militants de l’UFR, en 2004.

Sur les raisons du limogeage de ce dernier, l’orateur a laissé entendre que le président et le Bureau exécutif du parti, au regard des occupations – à la Banque centrale – du démis Aribot, ont décidé de le remplacer par un autre. « Sinon, moi je sais que c’est le sang de l’UFR qui coule dans les veines de Baïdy », a tenté Badra Koné de convaincre sans succès les grognards.

Et c’est alors qu’il lancera un défi à ces derniers en ces termes : « Que quelqu’un vienne ici demander à Baïdy de démissionner de son poste de deuxième vice-gouverneur de la Banque centrale au profit du Secrétariat exécutif de l’UFR ». Tout de suite, Badra Koné est bravé dans son challenge, puisqu’un volontaire s’est présenté aussitôt pour se porter candidat à faire cette requête à l’ancien député uninominal de Kaloum.

« Allons, tu vas le dire à Baïdy, en face », a proposé le jeune vice-maire de Matam, comme oubliant que Baïdy séjourne actuellement à Kamsar. Il aura fallu plusieurs dizaines de minutes pour que les meubles soient sauvés et que la réunion ne poursuive son cours.

Les deux autres points inscrits à l’ordre du jour ont été abordés en brèche, et le quatrième, mis dans la corbeille, vu le temps perdu dans le tohubohu, avant qu’Ibrahima Bangoura ne lève la séance.

Habituellement disposé à accorder des interviews aux journalistes, l’homme a plutôt zappé la presse en montant dans son véhicule pour le départ. Il en a été de même pour l’ancien ministre de l’Elevage Mohamed Tall. Comme pour dire qu’ils ne veulent pas être interrogés sur ce qui venait de se passer les projecteurs des hommes de médias.

A qui profite ce désordre ? Allez le savoir auprès de l’UFDG avec cette guerre de leadership intervenue entre Bah oury et Cellou Dalein Diallo.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :